LIBERTE-CHERIE :: LES EVENEMENTS DE MAI 1968
LIBERTE-CHERIE Index du Forum

LIBERTE-CHERIE
un forum d'amitié et de discussions sans prétention...parler de tout et s'amuser...s'instruire et bavarder sans tabous, dans le respect...pas de pornographie ni de racisme....

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

*
LES EVENEMENTS DE MAI 1968

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LIBERTE-CHERIE Index du Forum -> HISTOIRE -> histoire de France -> Epoque actuelle (de 1945 à nos jours)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Alain
fondateur-administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2008
Messages: 7 693
Localisation: Chevilly près d'Orléans
Masculin Poissons (20fev-20mar) 鼠 Rat
fondateurs-admin: fondateur-administra

MessagePosté le: Mer 19 Aoû - 10:52 (2009)    Sujet du message: LES EVENEMENTS DE MAI 1968 Répondre en citant

Panorama ] [ Mouvement ] [ Ordre ] [ Opposition ] [ Témoins ] [ Héritage ] [ Esthétique ] [ 20 photos inédites ] [ Chronologie ] [ Nostalgie ] [ Audimat ] [ Revue de presse ]  
La chronologie des évènements de mai 1968
Citation:
  • 8 janvier - Inauguration de la piscine du campus de Nanterre par François Missoffe, ministre de la jeunesse et des sports. Il est pris à partie par des étudiants.  
  • 26 janvier -Violents incidents à Caen entre les grévistes de la SAVIEM et les forces de l'ordre. Bagarre à Nanterre.  
  • 7 février - Heurts violents à l'occasion d'une contre-manifestation organisée par les Comités Vietnam.  
  • 24 février - Déclaration politique et sociale commune PCF - FGDS   
  • 20 mars - Attaque du siège parisien de l'American Express.  
  • 22 mars - Incidents à Nanterre. Occupation de la tour administrative. Création par les anarchistes du Mouvement du 22 mars.  
  • 28 mars - Suspension des cours à Nanterre jusqu'au 1er avril.  
  • 25 avril - Le député communiste Pierre Juquin est expulsé du campus de Nanterre par les gauchistes prochinois.  
  • 28 avril - Un commando prochinois dévaste une exposition de soutien au Sud-Vietnam.  
  • 1er mai - Défilé CGT, PC, PSU (République - Bastille). Naissance de La cause du peuple.  
  • 2 mai - Début du voyage de Georges Pompidou en Iran et en Afghanistan. Incidents à Nanterre où les cours sont suspendus.  
  • 3 mai - Meeting dans la cour de la Sorbonne. Editorial de Georges Marchais dans l'Humanité qui y fustige "l'anarchiste allemand Cohn-Bendit" et raille les "révolutionnaires [... ] fils de grands bourgeois [... ] qui rapidement mettront en veilleuse leur flamme révolutionnaire pour aller diriger l'entreprise de papa et y exploiter les travailleurs". Evacuation par la police requise par le Recteur Roche. Manifestation au Quartier latin, incidents, près de six cents interpellations.  
  • 4 mai - Condamnation de personnes appréhendées la veille. Appel à la grève illimitée de L'UNEF et du SNEsup. Suspension des cours à la Sorbonne.  
  • 5 mai - Condamnation de quatre manifestants du 3 mai à la prison ferme.  
  • 6 mai - Comparution de Daniel Cohn-Bendit et d'étudiants nanterrois devant la commission disciplinaire. Manifestations, puis premières barricades et violents affrontements avec la police, plus de quatre cents arrestations.  
  • 7 mai - Manifestation de Denfert-Rochereau à l'Etoile.  
  • 8 mai - Discours d'Alain Peyrefitte à l'Assemblée nationale.  
  • 9 mai - Les leaders étudiants annoncent leur intention d'occuper la Sorbonne dès le départ des forces de l'ordre. En réponse, Alain Peyreffite déclare que la Sorbonne restera fermée jusqu'au retour au calme.  
  • 10 mai - Nuit d'émeutes au Quartier latin où soixante barricades se dressent. Intervention de la police à partir de deux heures du matin.  
  • 11 mai - La CGT, la CFDT et la FEN appellent à la grève générale pour le 13 mai. Retour de Georges Pompidou d'Afghanistan qui annonce la réouverture de la Sorbonne pour le 13 mai.  
  • 13 mai - La Cour d'appel met en liberté provisoire les condamnés du 5 mai. La Sorbonne est réouverte et aussitôt occupée. Manifestation syndicale de la gare de l'Est à Denfert-Rochereau. Les étudiants continuent jusqu'au Champs-de-Mars.  
  • 14 mai - Départ du Général de Gaulle pour la Roumanie. Dépôt d'une motion de censure à l'Assemblée nationale par le PCF et la FGDS.  
  • 15 mai - Occupation de l'Odéon et de l'usine Renault à Cléon.   
  • 16 mai - Le mouvement de grève s'étend dans les entreprises.  
  • 17 mai - Rencontre Mitterand - Waldeck-Rochet. Grève à l'ORTF.  
  • 18 mai - Retour du Général de Gaulle. Grève générale, la paralysie économique gagne l'ensemble du pays.  
  • 22 mai - La motion de censure déposée par la gauche est rejetée, elle ne recueille que 233 voix. Daniel Cohn-Bendit est interdit de séjour. Création du Comité national de défense de la République (CDR). Les syndicats se déclarent prêts à négocier avec le gouvernement. Attaque du local national conjoint des CDR et du Service d'action civique rue de Solférino par des manifestants.  
  • 24 mai - Nouvelle nuit des barricades. Le Général de Gaulle annonce un référendum sur la participation (entreprises, universités) pour le mois de juin. La Bourse est incendiée. Un commissaire de police est tué à Lyon par un camion lancé par les manifestants.  
  • 25 mai - Début des négociations rue de Grenelle.  
  • 26 mai - Le Général de Gaulle donne son accord à Jacques Foccart pour l'organisation d'une grande manifestation pour le vendredi 31 mai (elle aura finalement lieu le 30).  
  • 27 mai - Accord sur le protocole de Grenelle entre les syndicats, le patronat et le gouvernement (augmentation du SMIG et des salaires, réduction des horaires, abaissement de l'âge de la retraite). Meeting de Charléty organisé par l'UNEF, le PSU et la CFDT.  
  • 28 mai - Conférence de presse de François Mitterrand qui annonce sa candidature à la présidence de la République en cas de vacance du pouvoir.  
  • 29 mai - Le conseil des ministres est ajourné. Le Général de Gaulle quitte l'Elysée à 11 h 15 et n'arrive à Colombey-les-deux-Eglises, via Baden-Baden où il a rencontré le Général Massu, qu'à 18h30. Pierre Mendès France se déclare prêt à former un "gouvernement de gestion".  
  • 30 mai - A 16h30 le Général de Gaulle annonce la dissolution de l'Assemblée nationale. Une manifestation de soutien au chef de l'Etat réunit un million de personnes.  
  • 31 mai - Remaniement ministériel. Manifestations de soutien au Général de Gaulle en province.  
Citation:



© "L'autre mai 68", Conflits actuels, revue d'étude politique, numéro 2, printemps-été 1998, Centre d'études et de diffusion universitaires - mbe 237 - 208 rue de la Convention - 75015 Paris - Tél : 01 45 25 95 08 - Fax : 01 45 27 47 51  


 
   
Un autre mai 1968 : les coulisses des évènements - www.mai68.net - unautre@mai68.net  

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
<a href="http://www.casimages.com"><img src="http://nsa03.casimages.com/img/2009/01/04/090104085158698337.gif" alt="Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit" border="0">


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Publicité






MessagePosté le: Mer 19 Aoû - 10:52 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alain
fondateur-administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2008
Messages: 7 693
Localisation: Chevilly près d'Orléans
Masculin Poissons (20fev-20mar) 鼠 Rat
fondateurs-admin: fondateur-administra

MessagePosté le: Mer 19 Aoû - 10:54 (2009)    Sujet du message: LES EVENEMENTS DE MAI 1968 Répondre en citant

Les événements de mai 1968
(Les années De Gaulle)




Un pouvoir vieillissant
Elu en 1965, De Gaulle confirme Georges Pompidou au poste de premier ministre. La politique économique et sociale, centrée sur le concept de participation des salariés au capital des entreprises, ne trouve pas un grand écho auprès de la population. Malgré la croissance des Trente Glorieuses, un malaise social s'installe, exploité par l'émergence des forces de gauche. Le pouvoir apparaît lointain. Un premier signe d'alerte est donné lors des élections législatives de 1967 au cours desquelles les Gaullistes perdent de nombreux sièges à l'Assemblée nationale. Mais ce décalage entre le pouvoir et la société apparaît au grand jour avec la révolte étudiante de mai 1968.
La révolte étudiante
Dans les années 1960, au sein d'une partie de la jeunesse, les idées maoistes et la lutte menée par Che Guevara deviennent des références. La politique réactionnaire du général De Gaulle est montrée du doigt par une partie de la jeunesse. Par ailleurs, le système éducatif est à bout de souffle. Les établissements scolaires voient l'arrivée massive de la génération du babyboom sans que des moyens supplémentaires ne leur soient alloués. Ainsi, dans l'enseignement supérieur, on comptait environ 200 000 étudiants en 1958, chiffre qui a presque triplé dix ans plus tard, en 1968 sans aucun budget supplémentaire.
La révolte étudiante débute en mars 1968 dans la nouvelle université de Nanterre, créée pour désengorger la Sorbonne. Daniel Cohn-Bendit, étudiant en sociologie et militant anarchiste révolutionnaire, est à l'origine du « Mouvement du 22 mars » qui entend protester contre l'arrestation de militants communistes, membres du comité Viêt Nam international. Avec ses partisans, il occupe les locaux jusqu'à la fermeture de la faculté en mai 1968 devant l'instabilité de la situation sur place.
Dès lors, le mouvement se déplace à la Sorbonne et s'élargit : diverses revendications apparaissent et le pouvoir gaulliste est pris pour cible. Le 3 mai, la Sorbonne est fermée à son tour. Des affrontements ont lieu entre étudiants et forces de l'ordre : le 10 mai, des barricades sont érigées et de nombreux blessés sont à déplorer de part et d'autre. Mais les étudiants obtiennent le soutien des syndicats et un climat révolutionnaire s'instaure. Le gouvernement est complètement dépassé.

La grève générale
Le mouvement de mai 1968 prend une nouvelle tournure le 13 mai. De nombreux syndicats parmi lesquels la CGT et la CFDT appellent à la grève générale et organisent une grande manifestation de soutien aux étudiants contre la répression policière dont ils font l'objet. Ce jour-là, on dénombre pas moins de 200 000 manifestants. Deux jours plus tard, les grèves et les occupations d'usine se généralisent en province.
Le 25 mai, le premier ministre Georges Pompidou entame des négociations avec les syndicats, notamment pour répondre aux revendications salariales. Ces négociations aboutissent aux « accords de Grenelle » : tous les salaires sont augmentés de 10%, le SMIG de plus de 30% et les jours de grève sont payés à hauteur de 50% du salaire. Mais la crise ne faiblit pas pour autant.
La crise politique et ses conséquences
Les partis de gauche profitent des revendications pour se présenter comme une alternative crédible au général De Gaulle. D'abord étudiante, puis s'étendant à tout le corps social, la crise prend alors une tournure politique. Le 29 mai 1968, De Gaulle part secrètement en Allemagne, à Baden-Baden, pour s'assurer du soutien des militaires. Ce départ précipité suscite l'inquiétude dans les plus hautes sphères de l'Etat, Pompidou lui-même n'était pas au courant, et parmi la population qui s'interroge sur cette vacance du pouvoir. Le lendemain, De Gaulle annonce la dissolution de l'Assemblée nationale et appelle à manifester pour sauver la République. Moins d'une heure après son allocution, les Champs Elysées sont envahis par plus de 500 000 manifestants qui affichent leur soutien à De Gaulle. Face à la crainte d'une situation proche de l'anarchie, les élections législatives anticipées de juin 1968 se soldent par une nette victoire des Gaullistes.
Le bilan de mai 1968 est donc contrasté : politiquement, c'est un échec puisque les Gaullistes ont été confirmés au pouvoir. Socialement, mai 1968 a constitué un formidable accélérateur : les accords de Grenelle marquent des avancées significatives pour les salariés. Quant aux étudiants, ils obtiennent une réforme du système éducatif et un renouvellement des méthodes d'enseignement.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
<a href="http://www.casimages.com"><img src="http://nsa03.casimages.com/img/2009/01/04/090104085158698337.gif" alt="Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit" border="0">


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Alain
fondateur-administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2008
Messages: 7 693
Localisation: Chevilly près d'Orléans
Masculin Poissons (20fev-20mar) 鼠 Rat
fondateurs-admin: fondateur-administra

MessagePosté le: Mer 19 Aoû - 11:31 (2009)    Sujet du message: LES EVENEMENTS DE MAI 1968 Répondre en citant

 [tr][/tr][td colspan="2"][/td]situez l'événement dans le temps

 3 décembre 1967
31 juillet 1968 
ça s'est passé un 3 mai

Les Dossiers d'Hérodote
Herodote.net vous propose
deux dossiers complets
autour de cet événement :

http://liberte.clicforum.fr/redirect1/http://www.herodote.net/histoire/doss…

• Le général de Gaulle

http://liberte.clicforum.fr/redirect1/http://www.herodote.net/histoire/doss…

• 1968 dans le monde

voir tous les dossiers







3 mai 1968 La police évacue la Sorbonne


Ce document existe en version intégrale pour les Amis d'Hérodote


Article illustré par une vidéo



Le 3 mai 1968, à Paris, la police évacue 500 étudiants qui occupaient la vénérable faculté de la Sorbonne. Le commissaire procède à des contrôles d'identité et embarque plusieurs étudiants au poste. Aussitôt éclatent des manifestations dans tout le Quartier Latin, au cri de «Libérez nos camarades !» Des barricades font leur apparition.
C'est le début des «Événements de Mai-68», qui combinent l'agitation étudiante, un mouvement social de très grande ampleur et l'opposition politique au régime gaulliste qui célèbre le 13 mai son dixième anniversaire.
L'étincelle
Dès le début de l'année 1968, à Paris comme à Rome et surtout sur les campus américains, les étudiants dénoncent vivement l'engagement américain au Viêt-nam...



Le 22 mars 1968, suite à l'arrestation à Paris de six des leurs, 142 étudiants constituent un mouvement de soutien connu sous le nom de Mouvement du 22 mars. Plusieurs, parmi lesquels un certain Daniel Cohn-Bendit, sont traduits devant le Conseil de l'Université de Paris.
Une manifestation de soutien est programmée le 3 mai à la Sorbonne. Le recteur, qui craint une provocation de l'extrême-droite, demande à la police d'évacuer les lieux. L'affaire va dégénérer... Pendant ce temps, le pays baigne dans le calme le plus complet. Le 2 mai, le Premier ministre Georges Pompidou est parti pour un voyage officiel de dix jours en Iran et en Afghanistan...
La conflagration
Une semaine plus tard, le 10 mai, les étudiants manifestent à nouveau en masse pour exiger l'«évacuation» de la Sorbonne et la «libération» de quatre de leurs camarades. En soirée ont lieu les premiers heurts entre la police et les manifestants. On compte de nombreux blessés dans les deux camps mais, fort heureusement, aucun décès.
Les syndicats appellent à une journée de grève générale pour le lundi suivant, le 13 mai. La Ve République, née dix ans plus tôt à la faveur du vrai-faux coup d'État d'Alger, vacille sur ses bases et l'on entend les cris de «Dix ans, ça suffit !». Commence alors la plus grande grève jamais vue en France (8 millions de grévistes). Pendant ce temps, comme si de rien n'était, le président Charles de Gaulle part en voyage officiel en Roumanie...
L'apaisement
Au grand dam des étudiants, les syndicats vont négocier pour leur compte la sortie de crise avec Georges Pompidou. C'est ainsi que sont signés les accords de Grenelle (la rue de Grenelle abrite l'hôtel Matignon, résidence du Premier ministre). Le gouvernement entérine une augmentation générale de 10% des salaires. Le SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti, remplacé plus tard par le SMIC, salaire minimum interprofessionnel de croissance) est, lui, augmenté de 35%, ce qui le porte à... 500 francs par mois (environ 75 euros).
Le 30 mai, de Gaulle, après quelques jours de flottement, annonce à la radio la dissolution de l'Assemblée nationale. Le jour même, un demi-million de personnes remontent les Champs-Élysées en signe de soutien enthousiaste au régime gaulliste. Fin juin, le frisson rétrospectif amène à l'Assemblée nationale une écrasante majorité de droite.

Une archive vidéo de l'INA
Manifestation calme d'étudiants dans le Quartier Latin à Paris, puis heurts violents avec des troupes de CRS, nombreux blessés à terre...


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
<a href="http://www.casimages.com"><img src="http://nsa03.casimages.com/img/2009/01/04/090104085158698337.gif" alt="Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit" border="0">


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Alain
fondateur-administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2008
Messages: 7 693
Localisation: Chevilly près d'Orléans
Masculin Poissons (20fev-20mar) 鼠 Rat
fondateurs-admin: fondateur-administra

MessagePosté le: Mer 19 Aoû - 11:34 (2009)    Sujet du message: LES EVENEMENTS DE MAI 1968 Répondre en citant


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
<a href="http://www.casimages.com"><img src="http://nsa03.casimages.com/img/2009/01/04/090104085158698337.gif" alt="Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit" border="0">


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Alain
fondateur-administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2008
Messages: 7 693
Localisation: Chevilly près d'Orléans
Masculin Poissons (20fev-20mar) 鼠 Rat
fondateurs-admin: fondateur-administra

MessagePosté le: Mer 19 Aoû - 11:35 (2009)    Sujet du message: LES EVENEMENTS DE MAI 1968 Répondre en citant

j'avais 20 ans,je travaillais aux ptt,brance téléphone

nous nous étions mis en grève a 100% lorsque la radio annonçait les entreprises déja en grève
a orleans c'était bon enfant,on s'asseyait au milieu de la rue devant la préfecture

nous étions contents des avancées obtenues aux accords dits de grenelle

une sérieuse avancée pour tous les ouvriers,employés,étudiants,paysans,etc....

que reste t'il de nos jours ?
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
<a href="http://www.casimages.com"><img src="http://nsa03.casimages.com/img/2009/01/04/090104085158698337.gif" alt="Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit" border="0">


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:04 (2017)    Sujet du message: LES EVENEMENTS DE MAI 1968

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LIBERTE-CHERIE Index du Forum -> HISTOIRE -> histoire de France -> Epoque actuelle (de 1945 à nos jours) Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com