LIBERTE-CHERIE :: Marignan, un monde nouveau
LIBERTE-CHERIE Index du Forum

LIBERTE-CHERIE
un forum d'amitié et de discussions sans prétention...parler de tout et s'amuser...s'instruire et bavarder sans tabous, dans le respect...pas de pornographie ni de racisme....

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

*
Marignan, un monde nouveau

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LIBERTE-CHERIE Index du Forum -> HISTOIRE -> histoire de France -> Epoque moderne (Jusqu'à la Révolution)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Séverine
fondateur-administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2008
Messages: 2 642
Localisation: Reims, France
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 蛇 Serpent
fondateurs-admin: admin

MessagePosté le: Mar 17 Nov - 09:39 (2009)    Sujet du message: Marignan, un monde nouveau Répondre en citant

Marignan, un monde nouveau
Après la victoire de François 1er débute en France la Renaissance qui bouleverse l'art et la pensée.
Suisses et Français se battirent à l'ancienne, comme des sauvages. Autre époque avant que la technique, pourtant utilisée pour la première fois par les Français, ne vienne supplanter les corps à corps sanglants, les coups de hache et d'épée meurtriers.
Des champs de maïs entourent Melegnano, le nom actuel de l'ancien Marignan, à une quinzaine de kilomètres au sud de Milan. Une autoroute aussi, dont un échangeur est construit sur le supposé lieu de la bataille. L'église Sainte-Marie de la Nativité, les vestiges d'une colonne atteste de la cruauté de cette guerre : des restes de soldats français y furent retrouvés.

Une Ferrari et Garibaldi

Pire, à quelques encablures de là, les pieds de l'autel de l'oratoire Santa Maria della Neve, ont été faits avec les os des combattants des deux camps morts au combat. Et au château de Zivido, 800 soldats helvètes furent brûlés vifs par leurs ennemis, les Français. Des sauvages, y compris les chevaliers qui luttaient alors pour la vie, leur vie, quitte à massacrer leurs adversaires. Avant de devenir les esprits éclairés du temps, avides d'art et de culture. Foin des représentations religieuses, les artistes s'adonnent au portrait, les rois envoient des caravelles à la découverte du monde et Copernic, en Pologne, révolutionne l'astronomie. À Marignan, une ère nouvelle s'ouvre et François 1er ne le sait pas encore, qui quatre ans plus tard consacra à Villers-Cotterêts le français comme langue nationale.
Dans le gros bourg lombard écrasé de chaleur, une Ferrari décapotable rouge traverse la place principale. Ici, la bataille du XVIe siècle intéresse peu. On célèbre surtout la campagne de 1859, la guerre contre les Autrichiens à laquelle participa Napoléon III, Garibaldi et l'unification italienne, Matteoti aussi, le député socialiste assassiné par les fascistes dans les années vingt.
« C'est normal que nous ne connaissions pas la bataille de Marignan », sourit Roberto Corno. « Dans les livres d'école, on parle de la bataille des géants » et les transalpins se sentent finalement peu concernés par une guerre entre Français et Suisses, même si elle s'est déroulée chez eux.

Le refus de Michel-Ange

Au-delà de la répétition facile à retenir - 1515 - qui marqua des générations d'écolier, l'importance de la bataille de Marignan se situe davantage par l'apport de la technique, et donc l'entrée dans une forme de modernité, et l'impact de la civilisation italienne sur le jeune roi que sur les enjeux territoriaux eux-mêmes. « Je me souviens bien d'avoir vu toutes les meilleures œuvres et faites par les meilleurs maîtres d'Italie », s'enthousiasme le souverain français.
À son invitation, des artistes accourent, d'autres tels Raphaël, Michel-Ange et Titien refusent. « Passer les monts », selon l'expression de l'époque ne permit aucune extension du royaume parce qu'après Marignan survinrent la défaite de Pavie et la détention de François 1er, mais permit l'arrivée d'une civilisation considérée alors comme la plus raffinée.
La page du Moyen-Âge se referme. Une autre s'ouvre qui permet le développement de la France déjà autour du luxe, avec l'industrie de la soie implantée à Lyon sur ordre de François 1er. Elle durera jusqu'à sa mort, en 1547. Au mitan du siècle, une nouvelle religion a déjà surgi. Les guerres reprennent, toujours aussi sauvages, mais le nouveau monde est en marche.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


**************
Vis comme si tu devais mourir demain
**************


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 17 Nov - 09:39 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LIBERTE-CHERIE Index du Forum -> HISTOIRE -> histoire de France -> Epoque moderne (Jusqu'à la Révolution) Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com