LIBERTE-CHERIE :: Austerlitz, le soleil de Napoléon
LIBERTE-CHERIE Index du Forum

LIBERTE-CHERIE
un forum d'amitié et de discussions sans prétention...parler de tout et s'amuser...s'instruire et bavarder sans tabous, dans le respect...pas de pornographie ni de racisme....

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

*
Austerlitz, le soleil de Napoléon

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LIBERTE-CHERIE Index du Forum -> HISTOIRE -> histoire de France -> Epoque contemporaine (de la Révolution à 1914)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Séverine
fondateur-administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2008
Messages: 2 642
Localisation: Reims, France
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 蛇 Serpent
fondateurs-admin: admin

MessagePosté le: Mar 17 Nov - 09:47 (2009)    Sujet du message: Austerlitz, le soleil de Napoléon Répondre en citant

Austerlitz, le soleil de Napoléon
Près de Brno en République tchèque, le site d'Austerlitz, aujourd'hui Slavkov, tente de développer son tourisme autour de la bataille.(Austerlitz)

Après, plus rien ne fut pareil. L'apogée atteint, l'œuvre militaire et politique accomplie, l'empire déclina inexorablement jusqu'à sa chute une décennie plus tard. Le soleil qui illumina à l'aube la plaine d'Austerlitz marqua aussi paradoxalement le début du crépuscule napoléonien.

Parcours du combattant

Au pied d'une colline s'étend le plateau de Pratzen. Tout comme à Verdun, ces paysages ont mis longtemps à panser les plaies des combats. En été, les champs de céréales s'étalent jusqu'à l'horizon. D'une cabane au bord du parking, une dame accourt pour délivrer un inutile ticket. Comme au plus beau temps du communisme triomphant, avec toutefois un changement notable, le sourire. La chapelle Art nouveau surmontée d'une curieuse pyramide quadrangulaire de 26 m de haut domine les champs de bataille et célèbre la paix. Au petit musée doit succéder un centre historique plus ambitieux...
Trouver les hauts lieux de la bataille d'Austerlitz, la bataille des trois empereurs, depuis la petite commune de Slavkov relève du parcours du combattant. Rédigés en tchèque, les petits panneaux indicateurs mal placés sont incompréhensibles. Dans le bourg, la rénovation du château dans les jaunes et blancs autrichiens, s'achève. Napoléon y séjourna après les combats et les Autrichiens y signèrent l'armistice avec lui.Là, aucun dépliant en français - seulement en anglais, allemand et tchèque - et un personnel en mal de langues étrangères, malgré les fans de l'empereur qui visitent le bâtiment. Un diaporama plutôt réussi, véritable reconstitution virtuelle, raconte les combats et la stratégie du « petit caporal ». Voici le relais de poste de Pozorice et la colline du Santon où trône la réplique d'un canon français. Et enfin la butte de Zuran, enclave tricolore en pleine Moravie. Napoléon y a passé la nuit du 1er au 2 décembre 1805 dans son carrosse et de là, au petit matin, a donné l'ordre d'attaquer, tout juste un an après son sacre. Vingt ans après la chute du mur de Berlin, Slavkov entend profiter d'un tourisme inespéré, celui de la guerre. Notamment en décembre, lorsque la bataille est reconstituée, les cris, la fureur et le sang en moins, avec figurants en uniformes d'époque. Tout comme chaque mois de juin, près de Namur en Belgique dans un lieu cher aux Anglais, Waterloo.

185 canons et 45 drapeaux

Si Londres célèbre nos défaites et donc les victoires anglaises, Paris garde la marque d'Austerlitz. Pas seulement avec une gare mais aussi avec l'Arc de triomphe du Carrousel, la colonne Vendôme, fondue grâce aux 185 canons pris à Austerlitz, sur la place du même nom où se côtoient un palace et les plus grands joailliers, et les 45 drapeaux perdus par les Austro-russes, qui ornent désormais la voûte de l'église Saint-Louis des Invalides, un lieu militaire. Le 2 décembre reste, il est vrai, un jour de gloire pour les officiers français, symbolisé par le « 2S » des Saint-Cyriens.
Pour le 200e anniversaire d'Austerlitz, la France avait délégué à Slavkov sa ministre de la Défense. Petite représentation, tant le rôle de Napoléon est aujourd'hui sujet à réexamen. Grand stratège, Napoléon fut aussi à l'origine de dizaines de milliers de morts lors de ses campagnes guerrières et il n'a pas hésité à rétablir l'esclavage aboli grâce à un Lorrain, l'abbé Grégoire.


--------------------------


La bataille


•LE CONTEXTE :
A la fin de 1804, la troisième coalition rassemble l'Angleterre, l'Autriche et la Russie. Partie en août 1805 de Boulogne-sur-Mer, la Grande armée traverse le Rhin et s'empare d'Ulm. Malgré la défaite de Trafalgar, les troupes françaises entrent dans Vienne. Les Russes regroupent leurs forces avec celles des Autrichiens. Au total 86.000 hommes face aux 73.000 Français non loin de Brünn devenu Brno en République tchèque.

•LES COMBATS :
Napoléon étudie terrain et météo pendant deux jours. La bataille dure neuf heures le 2 décembre. « Croyant avoir en face de lui le gros de l'armée française et voulant lui couper la route de Vienne, le général russe Buxhövden dégarnit son centre établi sur le plateau de Pratzen, pour attaquer la droite française, commandée par Davout. A la faveur d'un brouillard matinal et d'un soleil devenu légendaire, Napoléon lançait alors, vers 8h30, le corps de Soult à l'assaut du plateau qui fut emporté d'un seul élan. Pendant quatre heures, les Russes essayèrent furieusement de le reprendre mais en vain. Pendant ce temps, Lannes et Murat disloquaient la droite austro-russe », écrit l'historien Mourre. Les coalisés perdent 37.000 hommes, les Français 8.000

•LES CONSÉQUENCES :
l'Autriche signe le traité de Presbourg (Bratislava). François II d'Autriche renonce à son titre d'empereur d'Allemagne et dissout le Saint-Empire romain germanique. Les Russes repartent chez eux. La France réorganise l'Allemagne. Effrayée, la Prusse signe un traité d'échange de territoires.

« Soldat, je suis content de vous. (...) Il vous suffira de dire ''J'étais à la bataille d'Austerlitz'' pour que l'on réponde ''Voilà un brave''».
Discours de Napoléon à ses soldats après la bataille.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


**************
Vis comme si tu devais mourir demain
**************


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 17 Nov - 09:47 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LIBERTE-CHERIE Index du Forum -> HISTOIRE -> histoire de France -> Epoque contemporaine (de la Révolution à 1914) Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com