LIBERTE-CHERIE :: ce que nous devons au Moyen Age
LIBERTE-CHERIE Index du Forum

LIBERTE-CHERIE
un forum d'amitié et de discussions sans prétention...parler de tout et s'amuser...s'instruire et bavarder sans tabous, dans le respect...pas de pornographie ni de racisme....

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

*
ce que nous devons au Moyen Age

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LIBERTE-CHERIE Index du Forum -> HISTOIRE -> histoire de France -> Moyen Age (jusque 1492)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Séverine
fondateur-administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2008
Messages: 2 642
Localisation: Reims, France
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 蛇 Serpent
fondateurs-admin: admin

MessagePosté le: Mar 23 Fév - 14:00 (2010)    Sujet du message: ce que nous devons au Moyen Age Répondre en citant

Ce que nous devons au Moyen Âge

Historiens et médiévistes s'accordent en général pour fixer la date du début de l'ère moyenâgeuse au moment de la chute de l'Empire romain d'Occident, c'est-à-dire le 4 septembre 476, jour funeste pour Romulus Augustule, dernier empereur romain, défait puis enfermé par le barbare Odoacre. On peut également situer cette période sur un territoire spécifique, à savoir l'espace territorial occupé par l'Empire romain d'Occident à l'époque. Le Moyen-Âge s'étendit sur près 1000 ans ensuite, la plupart des spécialistes associant sa fin avec la chute de l'Empire romain d'Orient, en 1453. Toutefois, certains feront plutôt concorder cette fin avec l'invention de l'imprimerie (1457) et d'autres encore avec la découverte du Nouveau Monde (1492). Convenons par conséquent que chacun s'entend pour en situer le terme dans la seconde moitié du 15e siècle. Ce qu'il nous faut surtout retenir de ce passage d'une civilisation gréco-romaine à la civilisation médiévale chrétienne, c'est la modification culturelle qui en découla. Toute influence se fit désormais par le biais de l'Église. Toute trace des cultures antiques fut soustraite à un quelque enseignement et ceux qui purent y accéder par diverses méthodes clandestines, y risquèrent parfois leur vie.

Enseignement au Moyen AgeHeureusement, l'Église ne vit pas tout et la propagation du monachisme permit aux gens de l'époque d'avancer malgré tout. Benoît de Nursie, que l'on surnomma plus tard "le père de l'Europe", créa l'ordre des Bénédictins vers 530. Or c'est au cœur des abbayes bénédictines que nombre d'inventions virent le jour, sous les tentatives expérimentales de moines audacieux dont la soif de savoir n'avait peut-être d'égal que leur incommensurable gourmandise de la vie. Car quoi que l'on en dise, le Moyen-Âge ne produisit pas que des ascètes en mal de mysticisme. De nombreux membres du clergé furent, au contraire, de véritables bons vivants, humanistes et désireux de faire progresser la race humaine. Ne dit-on pas d'ailleurs que des moines cisterciens seraient à l'origine du champagne, merveille concoctée pour la première fois entre les murs de l'austère abbaye de Clairvaux, au 14e siècle ? Curieux comme tout homme qui possède une base de connaissances stimulantes, les moines, malgré leur stricte obéissance à la Règle de Saint-Benoît, découvrirent différents procédés évolutifs et influencèrent toutes les sphères de la société médiévale : spirituelle et liturgique, cela va de soi, mais également intellectuelle, artistique, administrative et économique. Copistes infatigables, enlumineurs inégalables, c'est par leurs œuvres littéraires et picturales que l'on connaît mieux le Moyen-Âge, bien que trouvères et troubadours y participèrent aussi pour une grande part.

Ce Moyen-Âge qui paraît si souvent sans ressources à vu naître les moulins. Bien avant que Don Quichotte ne les affronte, moulins à eau et moulins à vent, devinrent l'une des machines les plus utiles à la vie quotidienne des gens d'alors Épargnant hommes et bêtes, le moulin faisait à lui seul le travail de plusieurs êtres vivants. Technologie de pointe, il permit également un volume considérable de production. Ainsi, bières, vins, farine, froment, etc., purent satisfaire un plus grand nombre d'individus.

L'emploi du fer devint aussi un élément important dans la vie des gens. Dans les moulins, on installa des soufflets actionnés par la puissance de l'eau, ce qui permit d'élever à 1 540 °C la température à l'intérieur de fours et de procéder à la fusion du fer. Les fers à cheval (vers le 10e siècle) et les renforcements de fer sur les tranchants des pièces agricoles (comme les bêches, les pelles, les socs de charrue…) améliorèrent encore la tâche des gens et des animaux. La charrue à roue et l'utilisation du cheval de trait, désormais pourvu d'un harnais, pour labourer les champs participèrent à cette révolution mécanique, de même que la brouette (à deux roues), laquelle réduisit l'effort humain tout en permettant le transport de plus lourdes charges.

Autre invention notable attribuable au Moyen-Âge : l'horloge. C'est un certain Giovanni di Dondi (?-1389) qui en inventa le premier prototype vers la fin du 13e siècle. Grâce à la chute d'un poids relié à une corde, elle-même enroulée autour d'un cylindre, on assurait un mouvement à peu près régulier au mécanisme. En quelques années, des horloges apparurent partout sur le territoire européen.

Les lunettes optiques virent également le jour pendant cette période, aussi vers la fin du 13e siècle. Bien qu'elles ne pussent corriger les problèmes de myopie, elles agissaient quand même à titre de verre grossissant, aidant providentiellement tous ceux qui devaient effectuer des travaux minutieux à la lueur de simples bougies.

Dans le domaine du vêtement, notons que le rouet entra en scène vers le début du 13e siècle et que le rouet à pédale lui succéda un siècle plus tard, À la même époque, le bouton vit le jour et ce fut un éclair de génie que ce bouton qui allait prendre une si grande place dans l'univers de la mode.

Sur les champs de bataille, le Moyen-Âge donna, autour du 11e siècle, la fameuse et redoutable arbalète à ressort de métal. Elle fut si puissante, si précise que l'on dut fabriquer les cottes de mailles afin de s'en protéger. Plus tard, au cours du 14e siècle, des textes firent état des premiers canons, bouches meurtrières qui crachaient des boules de feu totalement destructrices.

Sachons enfin que le Moyen-Âge nous aura aussi légué l'une des plus importantes institutions pour l'avenir : l'université. De nombreuses écoles existaient déjà depuis l'Antiquité mais rien de comparable à des corporations qui s'administraient elles-mêmes, qui détenaient le monopole d'un enseignement supérieur et surtout qui dispensaient des grades auxquels on conférait un caractère officiel. C'est donc à Bologne (1088) et à Paris, que naquirent les deux premières institutions du genre, proposant d'abord des facultés qui allaient constituer la base de tout enseignement supérieur pour des siècles à venir : théologie, médecine, droit, philosophie et arts.

L'époque médiévale donc, loin des guerres de petits seigneurs, loin des pillages et des tavernes mal famées, loin des amours courtoises, des fabliaux et des légendes fantastiques, porte en dehors d'une vie de château, une existence humaine des plus riches et des plus évolutives au sein d'une population ordinaire. On a peut-être tort de n'y voir que les histoires de cour alors qu'il se passait tant à l'extérieur de ces castels, justement. Soulignons cependant une certaine ébauche d'idéologie féministe, vraisemblablement née du milieu de la noblesse grâce à des femmes telles que l'Italienne Christine de Pisan (1364-v.1430). Mais pour le reste, qu'il s'agisse d'art, de cuisine, de notion d'approche psychologique par le biais des confessions ou encore de mesure d'hygiène, ce sont surtout les membres du clergé auxquels il faudra reconnaître un esprit visionnaire et une volonté de faire avancer les choses.

Aujourd'hui, l'époque médiévale fait rêver. On l'idéalise, on la trouve romantique, romanesque, chevaleresque. On cherche dans la pureté de ses héros des valeurs morales et une foi nouvelle. De nombreux groupes ou associations existent à l'heure actuelle, permettant à des amateurs de vivre, l'espace de courts moments, au rythme du monde médiéval. On s'y vêt comme des chevaliers ou de nobles dames, on y savoure des plats typiques, on y participe à des tournois, on y parle la langue des trouvères, bref on y reproduit un peu de cette magie qui donne encore le goût du courage… et la frousse des dragons !
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


**************
Vis comme si tu devais mourir demain
**************


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 23 Fév - 14:00 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LIBERTE-CHERIE Index du Forum -> HISTOIRE -> histoire de France -> Moyen Age (jusque 1492) Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com